Troubles des apprentissages


Il existe en France, comme dans tous les pays, des enfants qui vont présenter des Troubles d'Apprentissage Scolaire dont la définition, adoptée par le National Joint Comittee of Learning Disabilities, est donnée comme "un ensemble hétérogène de troubles causés par une dysfonction, détectée ou non, du système nerveux central mais n'ayant pas pour origine un handicap visuel, auditif ou moteur, une arriération mentale, un trouble affectif ou un milieu défavorisé. Ils peuvent cependant coexister avec l'un ou l'autre de ces problèmes".

Un trouble d’apprentissage est donc une perturbation qui désorganise les processus d'acquisitions de nouvelles connaissances. Le cerveau de l'enfant a alors des difficultés à emmagasiner traiter et récupérer les informations.

Ces troubles peuvent se manifester par des retards dans le développement, des difficultés au niveau de la concentration, de la mémoire, du raisonnement, des difficultés sur le plan de la coordination, de la communication, de la lecture, de l'écriture, de l'épellation, du calcul, et par des troubles touchant la sociabilité et la maturité affective. Ces troubles sont intrinsèques à la personne, sont liés à des désordres cognitifs et sont permanents.

L'enfant en difficultés en France

- 4 écoliers sur 10 sortent du CM2 avec de graves lacunes.
- Selon le rapport de l'Institut Montaigne (avril 2010), "l’aide aux élèves en difficulté prend la forme d’un enchevêtrement complexe de dispositifs mal coordonnés entre eux et coûteux".
- Sur les 800 000 enfants de chaque classe d’âge, 20% quittent l’école sans formation scolaire.
- 150 000 enfants quittent le système éducatif sans qualification, soit 1,5 million en 10 ans1.
- Sur les 6 643 592 écoliers recensés en 2009, 40 % ne possèdent pas les acquis sensés être maîtrisés à la fin de l’école primaire2.

Selon l'article sur LeMonde.fr :

Pour 90 % des enfants en échec scolaire, l'origine est une cause psychologique ou psychiatrique.

Prévalence des enfants et adolescents touchés :
- Troubles de l'apprentissage (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie…) : entre 5 % et 8 % ;
- Troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité : entre 3 % et 6 % ;
- Dépression : entre 3 % et 8 % ;
- Troubles cognitifs : entre 1 % et 2 % ;
- Schizophrénie : près de 1 % ;
- Troubles des conduites et du comportement : entre 2 % et 9 % ;
- Troubles de la personnalité : près de 15 %.

Et surtout, n'oublions pas que mettre enfin un mot sur les troubles de son enfant
est toujours source de soulagement pour l'enfant et pour sa famille !


Sources :
1 Haut Conseil de l’Éducation (HCE), L’école primaire, Bilan des résultats de l’École, 2007, p. 7.
2 Ministère de l’Éducation nationale, L’Éducation nationale en chiffres, Édition 2009.